Véronique Wagner

J’accompagne l’évolution  des personnes en recherche d’identité profonde par la lecture de la symbolique et des cycles astrologiques.

12 années de pratique astrologique m’ont permis d’allier technique approfondie,  intuition et sensibilité. C’est avec cette sensibilité particulière que je vous accompagne vers la connaissance et la reconnaissance de ce que vous êtes intrinsèquement, par nature.

Par la lecture de votre carte du ciel, j’accède à des informations que l’on ne peut trouver nulle part ailleurs : ce que la nature a déposé dans votre ciel personnel, je le traduis pour vous. nature.

 

Du plus loin que je me souvienne, le fonctionnement de l’être humain m’a toujours passionné.

Très petite à l’école maternelle, je me souviens m’être sentie traversée par de fréquents et récurrents « pourquoi ? ». Pourquoi la maîtresse a t’ elle installé des tourterelles dans l’école ? Pourquoi tel enfant a-t-il besoin de bouger autant ? Et pourquoi tel autre ne parvient-il pas à retenir 10 simples chiffres qui se succèdent ?

Mon foyer d’enfance a été un autre haut lieu de questionnements incessants : pourquoi mon père travaille t’ il autant et si tard ? Pourquoi ma mère accorde t’elle autant d’importance à tant de détails matériels dans la maison ? Pourquoi ma grande sœur est si douée pour le dessin et la peinture et pas moi ? Pourquoi mon frère passe t’il autant de temps à lire et ne fait-il pas du tout de sport ?

Les différences et le relief entre les êtres humains, je les ai perçues très tôt sans pouvoir trouver une explication tangible à mes interrogations.  D’autant plus que l’importance de la religion catholique de ma mère embrumait toute ouverture possible à la variété : « L’homme est à l’image de Dieu », « Nous sommes tous frères » ! On me répondait assimilation là où je voyais singularité et diversité.

L’art, expression infinie du différentiel humain

En petite section de maternelle, j’ai découvert un univers totalement parallèle : le spectacle.  Avec les enfants de ma classe, nous avions préparé « Mon bateau blanc » de Sacha Distel, pour animer la kermesse de fin d’année. Ce moment est gravé dans mes cellules comme celui où j’ai pris connexion avec moi-même, avec ma lumière, avec mon corps, en présence devant les gens, devant mes parents. Ainsi, on pouvait briller aux yeux des autres, exister … en mettant en scène ce que l’on est, mais à travers autre chose, quelqu’un d’autre !

A la fois pour continuer d’exister et expérimenter la diversité des personnages humains, mon enfance, mon adolescence et mes études supérieures, ont été colorées par la pratique du chant et du théâtre. Un bac lettres et arts en poche, j’ai choisi de quitter mon petit village des Cévennes pour monter à la capitale suivre une Licence spécifique à l’institut d’études théâtrales de la Sorbonne. J’y ai nourri ma curiosité et mon énergie boulimique de me chercher moi-même dans un flot de personnages dont j’ai été traversée.

Du développement personnel à la carte du ciel

Cette traversée artistique a été chahutée par de nombreuses tempêtes personnelles. Mon foyer d’enfance a été percuté par le décès soudain de mon père alors que j’avais tout juste 15 ans. Cette bascule m’a permis d’accéder, par voie de conséquence, à ma 1er thérapie. C’est ainsi que j’ai ouvert un espace « travail sur soi ».
Et un autre type de question : “Pourquoi papa et pourquoi maintenant ?”

Enveloppée de la protection d’un surpoids allant croissant, j’ai également vécu l’obésité pendant l’enfance et l’adolescence, me perdant encore moi-même dans le flot de ce qui n’était pas moi. Jusqu’à me retrouver au bord de l’arrêt cardiaque à l’âge de 20 ans. Il m’a fallu l’arrivée de ma fille l’année suivante pour me poser à nouveau la bonne question : « Quel sens je donne à ma vie ?

Le véritable chemin vers moi-même a dès lors commencé. Une thérapie analytique m’a permis de soutenir la perte de poids vertigineuse que j’ai alors mené, comprenant pas à pas ce qui m’avait mené à ce camouflage physique qu’était mon surpoids.

Mais qui j’étais véritablement, je ne le savais toujours pas. Et aucun outil thérapeutique n’avait su me connecter à ma nature profonde. Une configuration de la vie s’est alors présentée à moi, me ramenant sur un plateau ce que j’avais laissé dans un tiroir à plusieurs reprises dans ma vie : la carte du ciel. Ce merveilleux outil est le nom que l’on donne à la représentation d’un thème natal une fois ce thème calculé.

Dans ce moment de ma vie, j’avais fusionné ma passion de l’art et la nécessité de faire face à l’éducation de ma fille que j’élevais en solo, en prenant un poste d’administratrice de spectacles. J’y ai rencontré une collègue de bureau passionnée d’astrologie qui a lancé mon initiation à cet art d’un genre particulier. Nos pauses ne suffirent qu’un temps et mon initiatrice vient finalement à domicile approfondir mon apprentissage tant j’étais passionnée.

Toutes les choses fondamentales dans nos vies nous sont présentées sous différentes formes. C’est pourquoi la vie me fit dans le même temps le cadeau de la rencontre avec un homme qui avait lui aussi un bagage rempli de la connaissance de ces symboles astrologiques mystérieux. Il allait devenir mon compagnon de vie (et sa présence me rappelle comment j’avais découvert bien des années auparavant l’astrologie du couple !)

Le langage astrologique, ma langue naturelle

Une alchimie naturelle s’est alors produite en moi. Je me suis mise à dévorer ouvrages, cours et supports multiples offrant tout le savoir que l’astrologie dispense à l’homme. J’ai très vite senti que les symboles astrologiques parlaient mon langage intérieur, je les comprenais et ils me comprenaient. A travers eux, j’ai fais un voyage initiatique au cœur du fonctionnement humain.

Depuis l’antiquité, l’homme a su détecter que les planètes formant des cycles perpétuels au dessus de sa tête offraient la possibilité d’y lire nos propres cycles et notre propre nature, en tant que composant à part entière de l’univers que nous sommes. Intégrer ces cycles comme étant naturels a transformé ma façon de voir la vie, le monde, les événements qui se produisent et que nous vivons tous.

Ma formation à l’astrologie a donc été multiple. Elle m’a été offerte par cette amie Isabelle qui m’a révélé que je parlais la langue des astres, merci ! Merci tellement ! Je me suis également formée à travers des ouvrages de références, d’Alexandre Volguine le traditionnel à Dane Rudhyar, l’innovant révélateur de l’astrologie humaniste. Je suis également élève de Christian Duchaussoy et de son approche très pertinente qu’est l’astrologie structurale depuis de nombreuses années. Je fais aussi un tour du côté de chez Didier Fleury de temps à autre, afin de m’éclairer par sa synthèse des genres astrologiques. Merci à tous ces maîtres !

« Il n’y a personne qui soit né sous une mauvaise étoile, il n’y a que des gens qui ne savent pas lire le ciel ! »
Le Dalaï-Lama

Du plus loin que je me souvienne j’ai toujours voulu savoir « pourquoi ? ». A présent, je savoure la part de mystère qui supplante la vie de l’être humain, car j’ai acquis la foi que nous sommes chacun une parcelle de ce grand univers qui nous abrite.

J’ai trouvé qui je suis et ma véritable nature, qui est lisible dans ma carte du ciel, ce code qui nous est transmis par le macrocosme dans lequel nous vivons pour comprendre comment la nature nous a fabriqué, chacun d’entre nous.

Et j’ai acquis quelques autres réponses !

  • Mon père n’avait pas quitté ce monde n’importe quand. Son départ correspondait à un tournant fondamental du cycle correspondant à mon rapport à la structure et au cadre, c’était la première opposition de Saturne.
  • Ma maîtresse de maternelle avait installé des tourterelles dans la cour de l’école, car sa nature est d’être proche du vivant et des animaux, elle est taureau.
  • Cet enfant-là bougeait beaucoup car son énergie naturelle c’est le feu, il a beaucoup de bélier dans son thème.
  • Ma sœur était douée en dessin et en peinture car elle est naturellement dotée d’un véritable sens de l’esthétique. Elle a d’ailleurs finalement obtenu par la suite un diplôme de coiffeuse, elle est balance.
  • Mon frère lisait autant de livres parce que sa nature ne nécessitait pas qu’il fasse du sport. Il aime toujours autant les ouvrages, tellement même qu’il a été tour à tour bibliothécaire et documentaliste, il est gémeaux.

Et vous, quelle est votre nature ?